[Start-up]Ouest Valorisation entre au capital de GlioCure - Ouest Valorisation

Accueil » [start-up]ouest valorisation entre au capital de gliocure

Ouest Valorisation entre au capital de GlioCure, start-up angevine pionnière dans le traitement des tumeurs cérébrales, issue de l’université d’Angers.

Depuis de nombreuses années, Ouest Valorisation et l‘université d’Angers, nouvel actionnaire de la SATT mènent à bien des projets à forte valeur ajoutée, notamment dans le domaine de la santé. Parmi eux, les projets du laboratoire de Neurobiologie et Transgénèse du Dr Joël Eyer puis celui de la start-up GlioCure.
Depuis l’origine, Ouest Valorisation est associée au développement de GlioCure : Dépôt de brevets, programme de maturation, transfert technologique, accompagnement à la création d’entreprise. Ce partenariat de longue date se poursuit par l’entrée de Ouest Valorisation au capital de la jeune start-up.

Créée en septembre 2016, GlioCure SAS est une « spin-off » de l’Université d’Angers (49) et de l’Université McGill à Montréal, spécialisée en neuro-oncologie, le domaine médical relatif aux tumeurs cérébrales.
Quatre ans après sa création, GlioCure qui a réalisé au printemps un tour de financement de 600.000 €, est sur le point d’entrée en préclinique réglementaire – dernière étape avant les essais chez les patients – avec son premier produit, GC01iv, un peptide antimitotique et neuro-protecteur « first-in-class », dans le traitement du glioblastome, la tumeur du cerveau la plus fréquente et la plus agressive.

Louis-Marie Bachelot, Président, GlioCure
« Nous sommes heureux et fiers de pouvoir désormais compter Ouest Valorisation parmi nos actionnaires. Au-delà de l’impact positif sur notre structure financière, l’entrée de la SATT au capital de GlioCure est pour nous une formidable marque de confiance dans notre produit et la stratégie de développement mise en œuvre par notre équipe. »

Claire Lépinoux-Chambaud, Directrice Générale & Responsable Recherche, GlioCure
« J’ai commencé à travailler sur le peptide GC01 lors de ma thèse de neurosciences au sein du Laboratoire de NeuroBiologie et Transgénèse (LNBT)* du Dr Joël Eyer à l’Université d’Angers. J’ai ainsi pu constater le soutien constant que Ouest Valorisation a apporté à cette innovation thérapeutique. Celui-ci a notamment pris la forme d’un important programme de maturation que j’ai eu le plaisir de conduire avant de participer à la création de GlioCure. »

Cyrille Chapon, Directeur Transfert, Ouest Valorisation
«Très tôt, nous avons décelé le potentiel de l’innovation et l’opportunité de la création de cette start-up. Ainsi, l’entrée de la SATT au capital de GlioCure est un nouveau jalon d’une longue collaboration que l’on peut qualifier de très fructueuse. Nous sommes très satisfaits que GlioCure ait activé la palette d’outils de la SATT, notamment la prise de participation au capital et sommes convaincus que cette opération permettra de maximiser les chances de réussites des futures levées de fonds. »

GlioCure a pour ambition de devenir un acteur majeur du marché pharmaceutique de la neuro-oncologie au niveau mondial en développant, dans les 5 ans, un portefeuille de candidats-médicaments sur les principaux besoins médicaux non satisfaits dans cette aire thérapeutique.

En savoir plus sur Gliocure

GlioCure est une spin-off des universités d’Angers et McGill Montréal spécialisée en neuro-oncologie.
Positionnée sur le champ des maladies affectant les cellules gliales, cellules essentielles au bon fonctionnement des neurones et du cerveau, GlioCure s’attache à identifier, sélectionner et développer de nouvelles molécules d’intérêt notamment pour le traitement des tumeurs cérébrales.
GlioCure a ainsi initié le développement d’un premier actif, GC01, un peptide antimitotique et neuro-protecteur « first-in-class », dans le traitement du glioblastome, la tumeur du cerveau la plus fréquente et la plus agressive avec une survie médiane de 15 à 18 mois après diagnostic et environ 200.000 décès par an dans le monde.

https://www.gliocure.com/

 

* Le LNBT a fusionné, début 2017, avec le Laboratoire de « Micro et Nanomédecines Translationnelles » (MINT)

loading